Bienvenue à tous!


Tout d'abord merci de visiter ce blog, j'espère que vous prendrez beaucoup de plaisir à le lire! N'hésitez pas à devenir membre!

Ce blog a un triple objectif, tout d'abord me permettre de partager mes impressions et de donner des informations et des bons plans aux personnes se rendant ou vivant à Moscou.

Ensuite à travers ce blog je souhaite échanger sur la Russie et Moscou en particulier, discuter des opinions de chacun et éventuellement corriger quelques fausses idées reçues!

Enfin je souhaite publier des témoignages de français, d'étrangers et de russes vivant à Moscou afin d'avoir une multitude de regards sur cette ville aux multiples facettes

Je vous souhaite une bonne lecture à tous! (there is also an English version of this blog : http://glance-on-russia.blogspot.com/)

dimanche 20 mai 2012

Avez-vous votre “Propusk” ?


En Russie, pour accéder à de nombreux lieux, vous avez besoin d’un document spécifique, le « Propusk ». Que vous alliez à l’université ou à votre bureau, vous devrez montrer ce précieux sésame qui vous permettra d’entrer dans les locaux. En France, c’est plutôt fréquent de devoir présenter un tel document, même si ce n’est pas systématique.

Ce qui l’est moins pour moi, c’est que pour accéder au centre ville de Moscou, il faille montrer patte blanche, c'est-à-dire un propusk spécial ! Bien sur ce n’est pas comme ça tout le temps, mais durant les fêtes de mai, ça m’est arrivé plusieurs fois d’être bloqué, n’ayant personnellement pas ce fameux papier. Pour les répétitions de la parade du 9 mai, les artères principales du centre ville ont été fermées au public durant cinq demi-journées !! Quatre pour les répétitions de la parade et une pour la parade elle-même. La majorité des moscovites n’a donc pas pu accéder au centre ville pendant 60 heures en deux semaines, n’ayant pas le « Propusk » nécessaire ! 

Je pense que la plupart des nouveaux arrivants à Moscou sont surpris qu’une partie entière de la ville soit fermée si facilement et si fréquemment. En France, quand une route est barrée, une déviation est mise en place et indiquée pour les voitures ; et la plupart du temps les piétons peuvent toujours accéder au site. A Moscou (et je pense en Russie), il n’y a rien de prévu. C’est fermé, démerdez-vous ! Chacun doit se débrouiller pour trouver un autre itinéraire, et c’est valable à la fois pour les voitures et les piétons. Il se peut que l’endroit où l’on veut aller soit tout simplement inaccessible. Si l’on veut y aller, il n’y a qu’à attendre que la route soit rouverte. Ce fait est très représentatif de la mentalité de l’administration russe, ce qui doit être fait est fait sans prendre en compte les conséquences pour les concitoyens ! Cela semble très rude pour les non russes et c’est une des choses que l’on peut détester quand l’on vit à Moscou.

Bien que ce soit déjà la deuxième fois que j’assiste aux célébrations du 9 mai, je n’ai pas réalisé que certaines parties de la ville seraient fermées et je me suis fait avoir deux fois. La première fois le 5 mai, je devais rencontrer des amis à la station de métro Mayakovskaya. J’étais en avance et ai donc décidé de faire une partie du trajet à pied, je me suis arrêté à Kitai-gorod et une fois hors du métro, je me suis retrouvé face à des policiers bloquant la plupart des rues adjacentes. Ils m’ont dit que je ne pourrais pas aller à Mayakovskaya à pied et que je devais reprendre le métro, l’accès étant interdit, sauf si autorisé ! Résultat des courses, une demi-heure de perdu (le temps de chercher un autre chemin qui n’existait pas), un ticket de métro et une arrivée en retard au point de rendez-vous !!

Je me suis fait piégé une deuxième fois, dans un contexte un peu différent mais résultant de la même manie russe de bloquer les routes. Le 9 mai, avec des amis nous sommes allés voir le feu d’artifice à “Vorobiovie gori”, un des meilleurs points de vue de Moscou et nous avions le choix entre nous arrêter au métro “Vorobiovie gori” ou “Universitet”. Malgré les conseils d’une amie russe de s’arrêter à “Universitet” en raison du monde à la première station, nous avons pris l’autre option. Le fait qu’il y ait du monde ne me dérangeant pas ! Ce qu’il fallait comprendre c’est que vu qu’il y avait du monde, il n’était pas possible d’accéder directement au point de vue et que les policiers obligeaient les gens à prendre un autre itinéraire. Nous avons donc mis 40 minutes au lieu de 15 (en empruntant le chemin direct) et nous avons failli rater le début du feu d’artifice !

On s’habitue bien sur, mais voici quelques astuces pour (essayer) éviter de se faire avoir. Tout d’abord regarder sur Internet (pas tout le temps, mais en cas d’événements spéciaux) pour avoir plus d’informations et essayez d’aller à la station de métro la plus proche. Si vous avez le choix entre deux stations, demandez conseil à vos amis russes, ils sont habitués à ces situations ! Et souvenez-vous que des fois il n’est simplement pas possible d’accéder au lieu souhaité…  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire